Menu
Menu

Édito

J’ai quitté ma grande ville il y a quelques années maintenant, j’y puise parfois mes « devoirs de vacances » : expositions, musées & galeries, spectacles & boutiques, rencontres!

En attendant, je siffle au vent sur la longue plage de Royan : quand j’ai besoin d’un coup de fouet, quand j’ai envie de baignade et de sable dans les cheveux, quand il est tôt et que la plage est déserte, quand il est tard et que je suis seule à voir le soleil plonger dans l’océan, quand ma drôlesse veut se baigner, quand les artificiers font claquer leurs voeux dans le ciel d’été…

Ces ciels ! Que j’aime les ciels de ma ville balnéaire ! Un peintre fou a jeté les pinceaux dans l’océan, ils n’en finissent plus de diluer leurs couleurs dans le glacis de l’eau…

C’est chouette hein? De l’inspiration à la pelle !

Lorsque l’océan se fâche (il peut être terrible), lorsque les éclairs zébrent le ciel royannais (façon nuit stroboscopique) : j’aime encore !

Et puis il y a ce magazine : iodé, gastronomie et art de vivre en bord de mer et toutes les rencontres magiques qu’il m’a permis de faire.

Voilà d’où les mots s’envolent, j’ai bricolé la piste de décollage sur la Grande Conche… Par temps clair, vous pourrez peut-être en attraper un ou deux…