Menu
Menu

J’adore ce passage, Tillie Walden

Tillie Walden a notamment été récompensée par le prix Eisner en 2018 dans la catégorie « Best Reality-Based Work », meilleur travail inspiré de la réalité, pour son album autobiographique Spinning qui retrace sa jeunesse dans le monde du patinage artistique et l’affirmation de son homosexualité grandissante.

Sujet que je l’on retrouve ici dans ce nouvel album qui dessine, plus qu’il ne raconte, une histoire d’amour entre deux adolescentes.

Le trait est ciselé, très doux, l’auteur laisse les non-dits parler, les dessins en bichromie pourpre ajoutent une atmosphère particulière, une certaine intemporalité, de la nostalgie peut-être aussi.

C’est un bel album qui joue beaucoup sur le regard (les mots ne sont pas essentiels). Il dresse un portrait vrai porté par cette petite musique de fond (tout est dans le titre !).

C’est en vérité, une histoire toute simple, d’une simplicité essentielle même, qui commence comme tant d’autres : l’amour-amitié, la complicité, l’amour qui grandit, les doutes que l’on a (homosexuelle ou hétéro, ils sont les mêmes) et la société autour pas toujours bienveillante (affirmer qui on est à l’adolescente est forcément difficile, cette histoire-là est forcément un challenge !).

Retrouvez plus de détails sur le site de l’éditeur…

𝗥𝗲́𝘀𝘂𝗺𝗲́ : Elisabeth et Rae semblent tout partager: leurs balades en montagne, leur goût pour la musique, leurs rires et leurs doutes.

Au fil de leurs échanges, elles se découvrent, se racontent l’une l’autre, s’aiment, se débattent avec l’intensité de leurs sentiments.

Tillie Walden, prodige de la bande dessinée américaine, saisit ici la vérité d’un amour adolescent.