Menu
Menu

Le jour où Kennedy n’est pas mort, R. J. Ellory

John Fitzgerald Kennedy, JFK, fait partie de la légende, une icône qui est restée dans l’inconscient collectif ce président américain assassiné par Lee Harvey Oswald un 22 novembre 1963 à Dallas.

Et pourtant quand on gratte la première couche brillante, le vernis se met à craqueler, on découvre un homme un peu moins glorieux qu’il n’y paraît : d’abord son image d’homme fort et confiant en prend un sacré coup lorsque l’on sait qu’il souffrait de multiples affections chroniques.

Il portait constamment un corset car son dos le faisait affreusement souffrir, au quotidien il éprouvait des douleurs liées à divers problèmes (gastrique et hormonaux) et prenait en conséquence un cocktail médicamenteux des plus détonant. Évidemment, sous sa présidence tout cela a été soigneusement caché… pas question d’entacher l’image du Président !

Et puis il y a son rapport sulfureux aux femmes et l’énigme Marylin (même si on en parle pas ou peu dans le livre) : fait-elle partie des dommages collatéraux ? Il collectionnait les femmes, et sur le plan moral, ses multiples liaisons auraient-elles pu lui couter une élection ?

Enfin on s’interroge sur le devenir du clan, le début de la « malédiction » Kennedy, son histoire, ses amitiés avec le monde mafieux, ses mensonges…

Voilà la base sur laquelle l’auteur s’est appuyée pour dérouler ce nouveau synopsis.

Remontons un instant le fil de l’histoire en proposant une version alternative des événements : Le jour où Kennedy n’est pas mort … R. J. Ellory joue avec de troublants mensonges d’État, il efface l’histoire et la réécrit (à sa façon !) et c’est suave, grinçant, palpitant !

Retrouvez plus de détails sur le site de l’éditeur…

𝗥𝗲́𝘀𝘂𝗺𝗲́ : C’est l’une des histoires les plus connues au monde – et l’une des plus obscures. Le 22 novembre 1963, le cortège présidentiel de John F. Kennedy traverse Dealey Plaza. Lui et son épouse Jackie saluent la foule, quand soudain…

Quand soudain, rien : le président ne mourra pas ce jour-là. En revanche, peu après, le photojournaliste Mitch Newman apprend le suicide de son ex-fiancée, dans des circonstances inexpliquées. Le souvenir de cet amour chevillé au corps, Mitch tente de comprendre ce qui s’est passé. Découvrant que Jean enquêtait sur la famille Kennedy, il s’aventure peu à peu dans un monde aussi dangereux que complexe : le cœur sombre de la politique américaine.

Sexe et manipulations, mensonges et assassinats… Dans cette histoire alternative, à mi-chemin entre 22/11/63 de Stephen King et les thrillers paranoïaques des années 1970, JFK semble avoir échappé à son destin. Mais pour combien de temps ?